Petros Diatsentos

L’histoire de la langue grecque au carrefour des différentes disciplines: enjeux identitaires et cristallisation des mythologies linguistiques (1850-1900)

Περίληψη

La communication que je propose s’inscrit dans le prolongement d’une partie de ma recherche doctorale, où j’ai traité de la conception de l’histoire du grec chez les milieux des savants grecs, dans la seconde moitié du XIXe siècle. La façon dont s’est construite l’histoire du grec et son approche particulière par rapport à l’histoire des autres langues européennes trouve ses racines au XIXe siècle. Pendant la même période se cristallise un premier récit concernant l’histoire du grec, de l’Antiquité homérique à l’époque contemporaine. De même, tout au long de ces décennies, nous observons une mutation dans la conception de la langue moderne. La communication que je propose, vise à expliquer comment l’historiographie grecque, les courants de la linguistique comparée et la laographie émergente fixent le cadre dans lequel se cristallisent les représentations sur le grec moderne, ainsi que le récit de son histoire. D’autre part, je souhaite préciser comment le bagage théorique, les approches et la mise en place des concepts sur l’histoire du grec coulent dans le moule de la conjoncture historique, pour forger un récit conforme à une série d’objectifs politiques et culturels. En effet, dans la conjoncture socio-politique du milieu du siècle, la langue devient un élément capital dans le processus de construction des nouvelles identités collectives, et en même temps, elle constitue un argument stratégique pour les aspirations du nationalisme grec. Dans ce cadre, la langue est perçue comme un témoin identitaire, et comme un moyen pour faire avancer une politique culturelle en Orient. Je compte développer mon exposé à l’appui d’une série de textes d’où se dégage progressivement une image de l’évolution du grec. Il s’agit de sources d’une nature variée dans la mesure où l’histoire du grec fait l’objet des diverses études (histoire de la littérature, histoire de la question de la langue, etc.) A travers cet examen, je l’intention de rendre explicite la mutation de la vision historique du grec entre le second tiers du XIXe et le début du XXe, où la discipline de la linguistique prend définitivement racine en Grèce. En deuxième lieu, je compte exposer la façon dont on accueille les postulats de l’historiographie grecque dans les schémas interprétatifs de l’évolution de la langue. En outre, je mettrai l’accent sur l’introduction, l’interprétation et l’usage des concepts et des thèses de la linguistique comparée, ainsi que les conclusions de la lexicographie dialectale qui se développe progressivement dans le vaste domaine de la laographie grecque. Par la suite de mon exposé, je m’arrêterai sur une suite de faits, afin d’expliquer comment la langue acquiert une place capitale dans la concrétisation du projet national grec. Plus précisément, le débat qui se déclenche dans les années 1860, concernant la langue cible et sa mission en dehors des frontières de l’État, s’inscrit dans la conjoncture politique, conduit à la révision de la nomenclature de la langue et il affecte, en dernière instance, la vision du grec moderne, aussi bien dans son évolution historique que dans sa synchronie. Durant cette période, l’histoire de la langue grecque sera effectivement bâtie sur le principe de la continuité de l’ensemble du grec, continuité qui implique des traits organiques inaltérables, l’évolution lente, et la sauvegarde du grec ancien, de l’Antiquité à nos jours.

Η ανακοίνωση (PDF)